AU TEMPS OÙ LES ARABES DANSAIENT...

♦ INTERVIEW / Jean Joël Le Chapelain sur la radio RGB 99.2 FM (oct. 2016)
Radhouane El Meddeb

Le chorégraphe tunisien Radhouane El Meddeb se souvient d’un temps où les arabes dansaient… dans les films des années 1940 à 1970, les acteurs se déhanchaient et s’aimaient, dans un monde chantant et clinquant. Ici, quatre danseurs font onduler leur nombril et rouler leur bassin. Transgressant les codes, ils s’approprient la danse du ventre, à la charge symbolique pourtant puissamment féminine. Créé en 2014, ce spectacle d’abord envisagé comme un cabaret a, au fil des répétitions et des événements politiques, évolué vers une plus grande radicalité. Car loin de ce monde extraverti et joyeux, « la danse des arabes apparaît comme l’épicentre des secousses à venir, le nombril semble vibrer et vriller, au bord du précipice, flirtant avec le chaos ».

 

----------

"Cette pièce, initialement un projet de cabaret a, au fil des répétitions et des événements politiques, évoluée vers plus de radicalité. J’ai été comme empêché d’aller vers la forme du cabaret pour célébrer ce monde disparu. 

Les Arabes ont longtemps vécu sur des rythmes magiques, ceux des films des années 40, 50, 60 et 70… avec leur féérie, leur décor de carton-pâte et leur atmosphère toute faite de faux et de clinquant. Les acteurs chantaient sans cesse, dansaient, s’aimaient sur les grands écrans des nombreux cinémas, puis dans le cadre des télévisions des salons familiaux. Sans condamnation, sans prohibition, nous contemplions le monde brillant, laqué et fardé de ces demi-dieux de la comédie, nous suivions leurs drames et leurs émotions, nous fredonnions les chants qu’ils entonnaient. 

La danse du ventre survenait, elle prenait sa place, en acmé du film ou du spectacle, comme en son centre. Le ventre et son nombril étaient le lieu où convergeaient nos regards fascinés. 

Aujourd’hui que la nostalgie elle-même semble lointaine, alors que nous repensons à cet âge d’or, à ces années de gloire et de fausses blondeurs, la danse (des) arabe(s) apparaît comme l’épicentre de secousses à venir, le nombril semble vibrer et vriller, au bord du précipice, flirtant avec le chaos. 

La violence de notre monde a pénétré le carton-pâte des décors, elle le renverse pour en signifier la fin, la fin d’un temps qui n’était qu’illusion, une illusion douce, sucrée, ronde. 

Au temps où les Arabes dansaient… est l’écho lointain de ces chants et ces danses, pris dans la tendresse de l’espoir et du souvenir, dans la ferveur des cœurs et des corps. C’est aussi l’une des faces d’un présent cruel, terne et frappé de stupeur. "
Radhouane El Meddeb 

 


La Compagnie de SOI • création et chorégraphie Radhouane El Meddeb • Collaborateur artistique Moustapha Ziane • avec Youness Aboulakoul, Rémi Leblanc-Messager, Philippe Lebhar, Arthur Perole • lumières Xavier Lazarini • sonographie Stéphane Gombert • vidéo  Cécile Perrault, Feriel Ben Mahmoud • régisseur général Bruno Moinard • administration-production Bruno Viguier • ©Agathe Poupeney

Production La Compagnie de SOI • coproduction Le 104-Centquatre, Centre Chorégraphique National de Montpellier Languedoc-Rousillon (Programme Résidences),  Centre de Développement Chorégraphique Toulouse- Midi-Pyrénées (accueil en résidence), La Filature - scène Nationale / Mulhouse, La Ferme du Buisson - scène Nationale / Marne la Vallée, Le WIP Villette • aide à la production Arcadi • soutien à la création DRAC Ile-de-France, Fondation Beaumarchais, Centre National du Théâtre • Radhouane El Meddeb est artiste associé au CENTQUATRE-PARIS. La Compagnie de SOI est subventionnée par la DRAC Ile-de-France au titre de l’aide à la compagnie.
 

AUTOUR DU SPECTACLE 

durée 1h
--------
âge 12 ans et +