AUGURI

♦ INTERVIEW / Olivier Dubois sur la radio RGB 99.2 FM (oct. 2017)
Olivier Dubois • Ballet du Nord

Complice de longue date de la Scène nationale et ancien artiste en résidence, Olivier Dubois clôt avec Auguri son cycle « Étude critique pour un trompe l’œil », composé de Rouge, Révolution et Tragédie (programmés à L’apostrophe en 2012 et 2013). Le chorégraphe signe une pièce magistrale pour 22 interprètes, qui, par l’élan d’une course folle, semblent poursuivre un ailleurs plein de promesses. Tout en sensations, ils célèbrent la quête d’absolu qui guide nos aspirations. Sur le sourd grondement d’une symphonie électro, les danseurs dessinent sur le plateau des trajectoires semblables à celles que tracent les oiseaux dans le ciel, devenant, à leur manière, les augures du bonheur à venir. 

 

----------
INTERVIEW

AUGURI, la suite de Tragédie ?
Dès la création de Tragédie, il m’est apparu clairement qu’il me manquait une dernière fouille dans cette quête de sensation du monde... celle du bonheur ! Tragédie, c’est le pas de l’homme, de sa conscience. AUGURI, c’est la course de l’homme vers un absolu... le bonheur. La prise d’élan, la quête d’un Ailleurs! Le bonheur, c’est probablement un Ailleurs !

Pourquoi ce titre, AUGURI ?
Il y a ce terme italien, joyeux, dans la célébration (auguri en est la formule italienne). Mais avant tout, ce sont les augures, ces trajectoires d’oiseaux qui selon leurs espèces révèleraient un avenir... AUGURI doit s’observer, se scruter comme on observe les oiseaux, les essaims, les étoiles. J’en suis convaincu, il y a dans les trajectoires des hommes, un destin qui se dévoile. Apprenons à lire nos humanités, réapproprions-nous notre part mystique. AUGURI est une invitation à l’élan porteur de nos destinées et à la compréhension de l’humanité comme une organisation secrète. Dans nos élans et nos trajectoires : l’avenir du monde. Un théorème mystique.

Pour la musique, vous parlez de symphonie ?
Oui, une symphonie électro parce que la démesure avec vingt-deux interprètes sur scène mérite un environnement sonore, musical qui soutient, qui supporte, qui envahit. Comme pour chaque création, c’est François Caffenne qui a composé la musique. Là où créer pour vingt-deux hommes et femmes est un pari, la symphonie est en quelque sorte son pendant audacieux pour la musique !

Pourquoi choisir ce motif de la course ?
L’exode (la course vers la sortie pour le chœur dans la tragédie grecque ancienne) est la dernière partie de Tragédie, elle ouvre ainsi le début d’AUGURI , c’est l’imminence d’un destin dévoilé; c’est la curiosité poussé à son extrême. Il y a aussi, je ne peux le nier, comme une destinée sombre, comme si le bonheur c’était après… Il y a donc une course, une révolte du vivant.  

Que voulez-vous dire avec le titre général de la trilogie Étude critique pour un trompe-l’œil ?
C’est à la fois affirmer que la quête de nos humanités est notre raison d’être dans le monde. Que cette approche est faite de nous-même, de nos âmes, de nos cœurs, de nos sueurs, de nos cris. Je le perçois aussi comme une attaque frontale à l’intellectualisation, que je considère comme un acte morbide sur l’art. Je revendique une approche humaine de l’art, par l’être, par ce dont nous sommes faits. Je milite pour l’intelligence de la sensation. Là où aujourd’hui il est urgent de replacer le corps, l’Homme, au cœur de l’essence du monde car il en va de notre vitalité et de nos vies !
Propos recueillis par Gallia Valette-Pilenko

 


création, scénographie et décors Olivier Dubois • assistant à la création Cyril Accorsi • musique François Caffenne • lumières Patrick Riou • costumes Chrystel Zingiro • direction technique Robert Pereira • interprètes Sandra Savin, Inés Hernandez, Cherish Menzo, Karine Girard, Virginie Garcia, Loren Palmer, Aimée Lagrange, Aurélie Mouilhade, Tessa Vidal, Clémentine Maubon, Justine Tourillon, Sébastien Ledig, Sébastien Perrault, Benjamin Bertrand, Thierry Micouin, Remi Richaud, Steven Hervouet, Mathieu Calmelet, Camerone Bida, Youness Aboulakoul, Shirwann Jeammes, Maxime Herviou • notation Estelle Corbière • entraîneur sportif Alain Lignier © François Stemmer 

production Ballet du Nord – Olivier Dubois, Centre Chorégraphique National Roubaix Hauts‐de‐France Nord‐Pas de Calais Picardie • coproduction Biennale de la Danse / Lyon I Kampnagel / Hamburg I Théâtre National de Chaillot I Opéra de Lille I Grand Théâtre de Provence I festival TorinoDanza • soutien Institut Français d’Istanbul et du Fonds Transfabrik – Fonds franco‐allemand pour le spectacle vivant I Air France I Levi’s au titre du mécénat • mécène Air France

AUTOUR DU SPECTACLE 

• durée 1h
--------
• âge 8 ans et +