BALTHAZAR

création 2016|2017

♦ INTERVIEW / Nicolas Liautard sur la radio RGB 99.2 FM (déc. 2016)
Nicolas Liautard

Qui l'eut cru...? Entendre un jour la voix d'un âne et comprendre ce qu'il dit ? Et voir un âne, un vrai, sur un plateau de théâtre ? Déjà présent dans Blanche Neige, reçu il y a quelques saisons à L'apostrophe, dans ce Balthazar de Nicolas Liautard, le merveilleux prend le pas. Un soupçon de magie et hop !, l'âne se met pour de bon à parler dans le micro.
A travers une suite de tableaux à la beauté époustouflante, l'âne dialogue avec des clowns attendrissants. Hommage à Robert Bresson, ce spectacle invente une forme de conte visuel singulière et amusante, belle et délicate.
 

----------

"Avec Balthazar et Mémoires de Balthazar je poursuis ma recherche d’une forme de théâtre « toutes générations » (ici à partir de 5 ans avec Mémoires). Je mets en pratique ce que j’ai appris avec Blanche Neige, Littlematchseller. Les lois générales du spectacle. Lois du temps, de l’espace, de la parole, du silence, du sens produit. Du prévu, de l’imprévu. Les lois paradoxales de « ce qui est montré et ce qui est caché ». Les lois plus générales de la lumière et des volumes, celles de la musique. Ce que j’ai vécu aussi, dans les salles de spectacle. L’objet de mon étude est autant sur scène que dans la salle puisque je m’occupe de théâtre. Je suis toujours à la recherche d’un équilibre dans lequel le spectateur (quelque soit son âge), soit associé à la création de l’événement. Je ne ferai jamais que la moitié du chemin. L’autre nous la faisons ensemble.

Là où il y a théâtre il y a modification du temps et de l’espace. Cette modification a lieu sur scène ET dans la salle. Nos horloges sont « accordées ». Il y a expérience du temps partagée.

Je veux croire que, selon les lois de la relativité spatio-temporelle énoncées par Einstein, un spectateur ressorte « plus jeune » d’une représentation par rapport au reste du monde qui, lui, n’y a pas assisté.

Et puis, rendons à César… Il y a quand même, au tout début de ce projet, Robert Bresson et son film Au hasard Balthazar. Mon questionnement sur les circulations possibles théâtre et cinéma. Le langage de Robert Bresson que j’aime tant et qui a nourri plusieurs de mes spectacles. Ses notes sur le cinématographe. Comment faire théâtre avec Au hasard Balthazar ? Je ne m’y risquerai pas. Nous partons simplement de ce postulat : Bresson filme l’âne, l’oeil de l’âne et nous, nous inversons le rapport regardant/regardé puisque ce sera l’âne qui filmera un acteur-âne. L’acte cinématographique donné à voir faisant « théâtre »."
Nicolas Liautard

 

 


Robert de profil • conception et scénographie Nicolas Liautard • jeu Jean-Charles Delaume, Jürg Häring, Marion Suzanne et l'âne Apollon • lumières Bruno Rudtmann • son Thomas Watteau • vidéo Annabelle Brunet, Michaël Dusautoy • masque Anne Leray • régie générale et lumière Muriel Sachs • administration, régie vidéo Magalie Nadaud • âniers Philippe Hertel, Xavier Richez • ©Robert de profil

 

 Production Robert de profil • coproduction La Scène Watteau - scène conventionnée de Nogent sur Marne • coréalisation Théâtre de la VIlle / Paris, Théâtre Paris-Villette • soutien Ville de Paris, Conseil départemental du Val de Marne dans le cadre de l'aide à la création • Robert de profil est conventionné par le ministère de la culture et de la communication drac Ile-de-France et le conseil départemental du Val-de-Marne.
 

programme de salle: 
AUTOUR DU SPECTACLE 

durée 1h
--------
C'EST DIMANCHE !
découvrez le nouvel abonnement EN FAMILLE