DIBOUK

création 2015|2016

♦ INTERVIEW / François Mechali sur la radio RGB 99.2 FM (déc. 2015)
Shlomo Anski , François Mechali - Marc Prin
Oratorio pour un amour éternel

Léa et Hannan sont, dans la mythologie hébraïque, l’équivalent de Tristan et Yseult, ou encore de Roméo et Juliette. Un couple d’amoureux que rien, pas même la mort, ne peut séparer. S’inspirant de ce mythe, Shlomo Anski a écrit, en 1920 à Varsovie, Dibbouk, devenu depuis lors un classique du théâtre yiddish. Le compositeur et contrebassiste de jazz François Mechali, et le metteur en scène Marc Prin, en reprennent la trame pour en faire oratorio. À l’histoire incarnée par un narrateur et deux acteurs, se superpose l’expression musicale des états d’âme. Contrebasse et flûte à bec en épousent les méandres, dans une partition enrichie d’une texture sonore préenregistrée (batterie et percussions, sons numérisés) qui auréole le récit d’une dimension orchestrale.

>représentation supplémentaire le mercredi 6 avril à 20h30 !

• durée estimée du spectacle : 1h15

 

 


Légende dramatique en trois actes, Le Dibbouk  - ou entre deux mondes - est un grand classique de la littérature yiddish. C’est en 1920 que Sholom Anski, auteur Biélorusse,  écrit cette fable d’amour et de mort. Léa et Hanan, deux êtres prédestinés à s’aimer, voient leur projet contrarié. C’est seulement dans l’au-delà, dans le grand tout, que leur amour prendra corps, d’âme à âme.

François Mechali, compositeur et contrebassiste de jazz, Agnès Marietta auteur dramatique et Marc Prin metteur en scène, s’emparent de ce drame mystérieux et fantastique, étrange et universel, pour  une création  originale.

Texte, musique, sons, chants, lumières et images opèrent sur le mode de l’échange, de l’antagonisme, de la superposition, de la surexposition pour une réalisation monochrome et contemporaine.  Il s’agit de rendre visible l’invisible ou du moins le suggérer. Une narratrice nous y aide, en faisant ressurgir du passé ? Du présent ?... figures, ombres, fantômes, voix, sons… pour une proposition kaléidoscope.

Une comédienne, deux chanteurs et trois musiciens, à l’ouvrage pour la représentation de l’indicible fantastique, où l’âme d’un mort s’installe dans un être vivant,… pour le meilleur.

 

LA MUSIQUE
« J’ai choisi de traiter cette fable à la manière d’un opéra de Poche avec deux personnages chantés et trois musiciens présents sur scène. Ainsi l’interaction musicale entre les différents protagonistes  pourra être préservée. C’est un choix artistique permettant de développer un objet sonore vivant.

Les deux personnages principaux (Léa et Hanan) sont identifiés musicalement par la flûte à bec pour l'un et la contrebasse pour l'autre. Cela permet de traiter d'autres éléments spécifiques à chaque personnage (en les évoquant, les soulignant et les suggérant) sans altérer le déroulement orchestral interne à la partition.

Le choix des claviers dans l'écriture me permet d'aborder d'autres couleurs sonores et de les mélanger dans la conception des instruments acoustiques avec un traitement numérique de la matière sonore. Le rapport rythmique, très présent dans la partition,  est lui aussi développé par des textures sonores travaillées au moyen de séquenceurs (batterie et percussions pré-enregistrées, sons numérisés....).

Tout cet épisode de préparation de la texture sonore sera travaillé et enregistré en studio avant les premières répétitions afin que le dispositif puisse être au service de l’œuvre musicale et de la partition définitive.

La partition écrite peut par moments incorporer des séquences improvisées cadrées en liaison avec la mise en scène. Le travail orchestral en liaison avec la masse sonore proposée pour la dramaturgie de l’œuvre pourra à contrario être opposé à un minimalisme nécessaire dans d'autres situations musicales. »
François Mechali

 


d’après Shlomo Anski • composition, direction musicale François Mechali • mise en scène, scénographie Marc Prin • adaptation Agnès Marietta • comédienne Valérie Crouzet • contrebasse François Mechali • flûtes à bec Benoît Sauvé • chant Chloé Cailleton, Manu Domergue • piano Jozef Dumoulin • création lumière Pierre Montessuit

coproduction L’apostrophe scène nationale de Cergy-Pontoise et du Val d’Oise, Charlotte Productions • soutien SPEDIDAM

programme de salle: 
évènement(s) lié(s): 

en savoir plus

compositeur et contrebassiste / Ancien artiste en résidence 
François Mechali