EMBRÈVEMENTS

Matthieu Pilaud - sculpteur

Quand il a été demandé à Matthieu Pilaud quel titre il voulait donner à cette exposition, lui est venu ce terme d’embrèvements qui est utilisé en charpente et qui définit un système d’assemblage. Et la raison qu’il donna pour justifier son choix, c’est que la sonorité de ce mot lui semblait évocatrice. Prosaïquement, il aurait pu mettre en avant l’aspect technique de son travail et ses secrets de fabrication.

Il est vrai que la plupart des sculptures de Matthieu Pilaud portent des titres poétiques dont la liste semble être un jeu sur la forme et le son : « Santa-Maria Assunta, Le Foudre-Exocet, Le carré des âmes, Les observatoires, Boucharde d’urbaniste, L’enterrement de Rodin, Turbin, La hache et la rose, Les encorbellements, Mésozoïque… » Il reste que ce décalage apparent est plutôt bien approprié pour rendre compte de ce qui se joue dans les savantes constructions de cet artiste qui manie aussi bien le langage que les matériaux. Lorsqu’il écrit : « Convoquer les sens et l’instinct joueur m’intéresse particulièrement. À travers certaines pièces, je tente (tout en respectant des règles et un protocole de construction précis) d’amener le regardeur, à la manière d’un enfant, d’être acteur de son imaginaire (escalader, construire, déconstruire, casser, reconstruire à l’infini ou bien se cacher, s’enfermer ou se lover) », il laisse entendre que ses Embrèvements rassembleront les éléments de sa pensée.

 

AUTOUR DU SPECTACLE 

>vernissage en présence de l'artiste