FRANÇOIS VERRET

chorégraphe

♦ Rhapsodie démente (extrait) - mars 2015

♦ INTERVIEW / Chantiers 2014-2018 sur la radio RGB 99.2 FM (octobre 2014)

Depuis plus de 30 ans, le chorégraphe François Verret (né en 1955) dédie temps, énergie, et passion à la création artistique. Pour lui, le spectacle est un art d’équipe et l’écoute y est primordiale. Il a toujours désiré partager avec d’autres l’expérience artistique qui y est liée, et créer les conditions de ce partage. Le processus de création lui est toujours apparu comme le lieu d’une aventure collective intense avec d’infinis dialogues, échanges et confrontations de points de vue. Construire ensemble fait partie de l’aventure, de la nécessité qui caractérise chacune de ses pièces.

De 1993 à 2000, il fonde et dirige les Laboratoires d’Aubervilliers. De 2000 à 2010, il a été artiste associé au Théâtre national de Bretagne à Rennes et a présenté notamment Ice en 2007 ou Sans retour, une œuvre inspirée du Moby Dick de Melville, à L’apostrophe.

Dans ses collaborations avec d'autres artistes on trouve tant des acteurs, Daniel Emilfork, Daniel Kenigsberg, Frédéric Leidgens, Alain Rigout... que des danseurs, performers et chorégraphes Anne Koren, Bernardo Montet, Mathilde Monnier, Jean-Christophe Pare, Francesca Lattuada, Claudia Triozzi, Marco Berrettini, des musiciens, Ghédalia Tazartes, Yumi Nara, Fred Frith, Jean-Pierre Drouet, des plasticiens Goury, Claudine Brahem, des éclairagistes, Rémi Nicolas, Christian Dubet, des circassiens Mathurin Bolze…. et tant d’autres encore.

Figure d'éternel contretype de la chorégraphie française, il se fait remarquer dès sa première création importante, Tabula rasa, en 1980. Une pièce qui déjà semait le trouble en même temps qu'elle lui valait la reconnaissance publique. Venu à la danse par affinité (avec Hideyuki Yano et Susan Buirge, notamment) davantage que par goût de la prouesse technique, François Verret a su poursuivre dans la durée un chemin consistant à ensemencer les champs d'expériences plutôt qu'à pratiquer la production intensive. Dans la constellation de danse de ces dernières années, les titres de ses spectacles brillent comme autant d'étoiles charbonneuses: il y est question de fin, d'éclipse, de chute, de secret, de folie et de nuit. Mais aussi de grands auteurs, Melville, Musil, Faulkner. Comme si l’artiste n'avait cessé de mettre en tourment les consciences, phrasant ses irruptions dans le bois noueux d'une part d'ombre dans laquelle il semble avoir taillé sa propre silhouette de pantin rebelle aux "ficelles" du spectacle.

François Verret a été artiste en résidence à L’apostrophe de 2005 à 2007
Il engage, à partir de 2014, un nouveau parcours de résidence à Cergy-Pontoise.

 


AU PROGRAMME DE LA RÉSIDENCE
L’apostrophe a choisi d’accompagner le travail de François Verret, pour ses Chantiers 2014-2018, espaces de recherche ancrés sur la création et le territoire. La démarche de cet artiste aux lisières de la danse et du théâtre, de l’image et de la musique, est portée par la rencontre avec les habitants et la relation au réel. Une équipe cosmopolite de danseurs, musiciens, vidéastes et plasticiens, est mobilisée sur ce projet en plusieurs étapes, avec ses temps de questionnements, de pratiques et d’échanges. Ceux-ci peuvent ouvrir sur d’autres propositions et de nouvelles formes lors de restitutions, d’ateliers et d’entretiens. Un vaste thème à partager fait le lien : la mémoire et l’histoire, la teneur des héritages et leurs transmissions aux plus jeunes.

 

LES CHANTIERS 2014-2018
À quel moment de la création se situe l’échange avec les autres ?
Les projets artistiques, avant d'être une forme spectaculaire organisée, sont des chantiers de la pensée où les perceptions plurielles de notre monde s'entrelacent. François Verret vous invite à ce mode d'activation de la pensée où se réalise le partage d'une mémoire collective. Lors de ces chantiers au cœur de la création mis en place dès l’été 2014, l’artiste va à la rencontre des habitants du territoire du Val d’Oise et tisse une relation intime avec eux. Le but de ces rencontres est de faire œuvre commune et permettre de s’interroger sur notre passé, notre présent, notre rapport au temps. Le choix de François Verret est d’impliquer l’autre en amont du projet, plutôt que le plaisir immédiat contenté. Pas de projet participatif autre que les recherches spécifiques d'un artiste profondément humaniste qui entend mettre en partage notre perception du monde et notre état d'être au monde.

>écoutez François Verret sur Chantiers 2014-2018 (plateau RGB 99.2 FM, octobre 2014)
>écoutez François Verret sur Rhapsodie démente (plateau RGB 99.2 FM, février 2015)
>écoutez le "Feuilleton François Verret n°1"  sur RGB 99.2 FM (plateau RGB 99.2 FM, mars 2015)
>écoutez François Verret sur Dedans-Dehors #2 (plateau RGB 99.2 FM, octobre 2015)
>à voir François Verret sur Dedans-dehors #2 (plateau VOtv, octobre 2015)
>écoutez Rencontre avec l'équipe artistique de Dedans-dehors #2 (novembre 2015)

 

CHANTIERS 2014-2018, LE BLOG
Suivez l'évolution des Chantiers 2014-2018, projet à long terme de François Verret, artiste en résidence sur le blog www.chantiers20142018.com ! Photos, vidéos, témoignages, interviews... Ces différents ateliers du chantier proposent à l’échelle locale une autre manière de se remémorer à travers la construction intersubjective d’une mémoire commune et d’une critique de l’héritage politique et culturel du XXe siècle.

 


SPECTACLES À L'aPOSTROPHE
♦ février 2005 Chantier Musil
♦ janvier 2006 In the back of my mind
♦ décembre 2006 Sans retour
♦ janvier 2007  Laboratoire de recherches artistiques
♦ avril 2010  Ice dans le cadre d'Escales danse en Val d'Oise
♦ mars 2015 création de Rhapsodie démente dans le cadre du Festival Escales danse en Val d'Oise
♦ novembre 2015 création de Dedans-Dehors #2 dans le cadre du Festival Escales danse en Val d'Oise
♦ janvier 2017
>exposition Où en sommes-nous ? à L'-Théâtre des Louvrais / Pontoise
>création de Le pari dans le cadre du Festival Escales danse en Val d'Oise et de péripéhrique Festival des Arts mêlés 13e