IL TRIONFO DEL TEMPO E DEL DISINGANNO

création 2015|2016
G-F Haendel, Ophélie Gaillard
Le raffinement du style italien

À 21 ans, en 1706, Haendel arrive à Rome. Quelques mois plus tard, après avoir travaillé avec Corellli et Scarlatti, il maîtrise déjà le raffinement du style italien et compose son premier oratorio, Il Trionfo del Tempo e del Disinganno. Une allégorie du combat que mènent, pour conquérir la Beauté, le Plaisir d’une part, le Temps et la Désillusion d’autre part, que Haendel pare d’airs inspirés, avec un sens profond du drame. A la tête de l’Ensemble Pulcinella, en résidence au Festival Baroque de Pontoise, la violoncelliste Ophélie Gaillard réunit un collectif de virtuoses passionnés par l’interprétation sur instruments historiques. Un écrin pour les voix de la soprano Raquel Camarinha, de la mezzo-soprano Blandine Staskiewicz et du ténor Mathias Vidal.

• durée estimée du spectacle : 2h30 (avec entracte)

 


ZOOM / OPHÉLIE GAILLARD
Un esprit d’une curiosité insatiable, le goût du risque, un  appétit immodéré pour tout le répertoire du violoncelle  concertant sans frontières ni querelles de chapelle,  voici sans doute ce qui distingue très tôt cette brillante  interprète franco-helvétique.

Élue « Révélation soliste instrumental » aux Victoires de la  Musique Classique en 2003, elle se produit depuis lors en récital dans les salles  les plus prestigieuses.

Enfant du baroque, Ophélie Gaillard se spécialise très tôt dans la pratique du  violoncelle ancien et classique, partage la scène avec Christophe Rousset,  Emmanuelle Haïm et Amarillis avant de fonder, en 2005, Pulcinella, un collectif de  virtuoses tous passionnés par l’interprétation sur instruments historiques. Ses  enregistrements consacrés à Vivaldi et Boccherini, J.S. Bach (airs de cantates  avec violoncelle piccolo) et C.P.E. Bach (concertos, sinfonia et sonate) reçoivent  les plus hautes distinctions discographiques.

Lauréate du concours « Bach » de Leipzig en 1998, elle grave en 2000 pour  Ambroisie une intégrale des Suites de Bach ovationnée par la presse, et réitère  l’exercice avec brio en 2011 pour Aparté (Diapason d’or, sélection de Strad  Magazine).

Parallèlement, elle est aussi l’interprète privilégiée de compositeurs actuels et  enregistre notamment l’intégrale des suites de Britten, et Oraison de Pierre  Bartholomée.

Loin de délaisser la musique romantique, Ophélie Gaillard enregistre avec  succès les intégrales de Schumann, Fauré, puis Chopin et Brahms.  Elle joue en soliste avec les orchestres de Cannes-Provence-Alpes Côte d’Azur, de la Radio Polonaise sous la direction de Gabriel Chmura, de Picardie  sous la direction de Edmon Colomer, l’European Camerata, Franz Liszt de  Budapest, le New Japan Philarmonic sous la baguette de Werner Andreas  Alpert, le Bangkok Symphony Orchestra, l’Orchestre de Chambre de Moscou,  l’Orchestre de Chambre de Toulouse, l’Orchestre de la Radio Roumaine.

Un large public plébiscite son album Dreams réalisé à Londres dans les  mythiques studios d’Abbey Road avec le Royal Philharmonic Orchestra.

Pédagogue recherchée, elle donne des masterclasses en Asie, en Amérique  latine et centrale, et est invitée à Munich en 2010 à faire partie du jury du  concours de l’ARD. Elle est nommée professeur à la Haute École de Musique  de Genève en 2014.

 

 


création Ensemble Pulcinella • direction musicale Ophélie Gaillard • solistes Raquel Camarinha (soprano), Blandine Staskiewicz (mezzo-soprano), Lucile Richardot (alto), Mathias Vidal (ténor) • musiciens Thibault Noally (violon solo), Marieke Bouche, Domitille Gilon (violons 1), Nicolas Mazzoleni, Alexandrine Caravassilis, Inigo Aranzasti-Pardo (violons 2), Pierre Vallet, Delphine Millour (altos), Ophélie Gaillard, Claire Gratton (violoncelles), Élise Christiaens (contrebasse), Brice Sailly (clavecin et orgue), Antoine Torunczik (hautbois 1), Maria De Martini (flûte 1 et basson), Nienke Van Der Meulen (hautbois 2 et flûte 2), Thomas Boysen (théorbe)

L’Ensemble Pulcinella, en résidence au Festival Baroque de Pontoise, est soutenu par la DRAC Ile-de-France, le Conseil général 93 et l’Adami. Il est soutenu par la région Ile-de-France pour trois ans, sous la forme d'une aide à la Permanence Artistique et Culturelle, pour ses actions pédagogiques et sociales en  Ile-de-France.