ONOMATOPÉE

dans le cadre de 
Tg Stan, De Koe, Dood Paard, Maatschappij Discordia
Une banderole d’agit-prop

Entre Flandre et Pays-Bas, le théâtre semble avoir trouvé une potion magique tout à fait revigorante. Ses ingrédients ? Un appétit de jeu que rien ne semble entamer, une liberté assumée dans le rapport aux textes, et un zeste d’effronterie. Dans Onomatopée, ils sont cinq esprits libres, issus de différentes compagnies, à faire vivacité commune en passant d’un poème sonore à une badinerie, d’un monologue raté à un inénarrable choix de mots sibyllins. La scène devient alors une formidable banderole d’agit-prop, magistralement déployée par nos cinq compères, mués en garçons de café, qui opposent à « l’environnement néolibéral qu’est actuellement la société », la salutaire insolence du « geste spontané ».

• durée estimée du spectacle : 1h30

 


LA PRESSE EN PARLE
"Pour Onomatopée, cinq comédiens de différentes compagnies unissent leurs forces pour vous servir cinq actes de langage, de son et de folie douce de manière si inimitable, qu’à la fin on se resservirait volontiers. On ne peut que se réjouir de ce que ces comédiens se soient trouvés. On en redemanderait volontiers, mais en même temps, on ne les imagine pas pouvoir nous resservir cela. Non, dans un premier temps, contentons-nous d’Onomatopée. Mais savourons-le pleinement."
Cinq actes de folie douce dont on se resservirait volontiers, de Volkskrant, Karin Veraart, 14/09/07

 

"Le spectacle Onomatopée, interprété par cinq comédiens, opérant dans des compagnies différentes mais toutes aussi enfants terribles, ne peut être glorifié qu’à coups de points d’exclamation. On a rarement vu de mélange aussi détonant au théâtre : poésie, poème sonore, onomatopée, sophismes, syllogismes, badineries, satire, Paul Van Ostayen, Thomas Bernhard, dramaturgie, monologue raté et un inénarrable choix de mots sibyllins… le tout baigné d’une merveilleuse mélancolie."
Le chef-d'œuvre Onomatopée : du théâtre incomparable, NRC Handelsblad, Kester Freriks, 15/09/07

 

"Non, il ne s’agit pas de théâtre de garnements. Ni pour le moins un pétard lancé dans le poulailler théâtral, en suivant les sentiers battus. Nous voyons à l’œuvre cinq comédiens brillants qui, de surcroît, ne se laissent à aucun moment piéger par leur génie. Toute tentative de virtuosité est étouffée dans l’œuf. Les yeux humides et le sourire d’une oreille à l’autre, on embrasse ces cinq acteurs. Du jamais vu. Et on ne le reverra plus jamais. Demain soir, ce sera peut-être tout à fait différent. Du théâtre réinventé. Rebelle, tous les soirs à nouveau. Je le garantis. À ne pas rater !"
Être humain versus matière, De Groene Amsterdammer, Loek Zonneveld, 28/09/07

 

 


production et technique tg STAN, de KOE, Dood Paard et Maatschappij Discordia • de et avec Gillis Biesheuvel, Damiaan De Schrijver, Willem de Wolf, Peter Van den Eede, Matthias de Koning • traduction en français Martine Bom • traduction en anglais Paul Evans • traduction en allemand Christine Bais

production tg STAN, de KOE, Dood Paard et Maatschappij Discordia

>attention : placement libre !