STÉRÉOSCOPIA

♦ INTERVIEW / Vincent Dupont sur la radio RGB 99.2 FM (déc. 2015)
Vincent Dupont
Trouble de la perception

Aux confins du théâtre, de la danse, de la performance et de l’installation plastique, les créations de Vincent Dupont créent un véritable « sensorium » où l’ensemble des paramètres (gestes, voix, lumière et son) participe à une reconfiguration du sensible et des modes de perception. En hommage au peintre florentin Jacopo Chimenti, le chorégraphe cherche dans Stéréoscopia l’écart entre deux images presque semblables, le spectateur étant immergé dans un espace « cinémascope » et en stéréophonie, par le biais de casques individuels. Les rapports entre attraction et répulsion, entre son propre corps et celui des danseuses, génèrent un trouble chargé de densité poétique, sans laquelle le dispositif ne serait que cabinet de curiosité.

• durée estimée du spectacle : 45 mn
 


NOTE D’INTENTION
« En hommage au peintre florentin Jacopo Chimenti, Stéréoscopia cherche le relief, l’écart entre deux images presque semblables pour accéder à une perception nouvelle. Comme dans les dessins du peintre, qui représentent le même sujet vu par chacun des deux yeux, les corps de deux danseuses explorent un monde en parallèle fait de doubles, où le mouvement fait résonner cette vibration commune. Entraînés dans ce double solo, les corps vont progressivement accéder à un espace horizontal où la droite et la gauche sèment le trouble, perturbent la perception et menacent à tout instant de renverser le cadre. Ici, il ne s’agit plus d’une narration, mais d’une expérience à l’écoute de son propre double où la lumière et les objets viennent révéler le déplacement des émotions et leur potentiel, et où les sons créent l’écart entre ce que l’on voit et ce l’on entend. S’ouvre alors un espace d’écoute sur ses propres sensations. »

Vincent Dupont

 

DANS LA PRESSE
« Vincent Dupont n’est pas de ceux qui racontent des histoires. Son affaire à lui, c’est plutôt de démonter la machine pour nous faire voir comment ça marche. Inspirée du système de la stéréoscopie (comme les lunettes 3D), la scène est scindée en deux cadres où évoluent deux danseuses d’apparence similaire. Au début, leurs actions sont identiques, puis diffèrent légèrement, puis totalement. Equipés de casques audio qui nous isolent comme dans une bulle, nous nous trouvons reliés aux danseuses dont les mouvements et la respiration sont sonorisés. L’artiste nous invite ainsi à une expérience quasi hypnotique de la vision mais aussi de l’espace sonore par un subtil travail de lumière, de musique et de son qui plonge chacun en lui-même et l’interroge. Inédit par rapport à ce qui est d’ordinaire proposé aux enfants, Stéréoscopia peut paraître radical. Ce qui n’empêche pas d’être drôle. »

Paris Mômes
 

« Il possède un talent spécifique, des obsessions étonnantes et le savoir-faire hypnotique qui fait parfois surgir des pièces vraiment inédites. Depuis 2001, Vincent Dupont conçoit des spectacles-installations comme des mystères visuels et auditifs. Cette fois, Stéréoscopia, pièce pour deux danseuses, s'intéresse à rendre palpable les différences entre deux images presque semblables. Sur scène, les deux interprètes s'amusent donc à semer le trouble au gré de leurs silhouettes de fausses jumelles. Un scénario pour perdre de vue la réalité, à tester en toute liberté dans une production qui s'annonce, comme souvent chez Vincent Dupont, tout en illusions et décalages. «
Rosita Boisseau, Télérama.fr

 


création J’y pense souvent (…) • conception  Vincent Dupont • danse  Ariane Guitton, Aline Landreau • musique, son  Maxime Fabre • lumière Arnaud Lavisse • dispositif scénique Vincent Dupont, en collaboration avec Sylvain Giraudeau et Marc Chevillon • costumes  Éric Martin, Morgane Dufour • travail de la voix Valérie Joly • collaboration artistique Myriam Lebreton

production J’y pense souvent (…) • coproduction Centre chorégraphique national de Rillieux-la-Pape pour Bamboo, réseau européen, Théâtre de Nîmes - scène conventionnée pour la danse contemporaine, Théâtre de la Ville / Paris, Espaces Pluriels - scène conventionnée danse et théâtre / Pau, Le Vivat - scène conventionnée danse et théâtre / Armentières, Le Carré-Les Colonnes - scène conventionnée / Saint-Médard-en-Jalles/Blanquefort • aide Arcadi Île-de-France/dispositif d’accompagnements.

programme de salle: