VERTIGES

Nasser Djemaï • Cie Nasser Djemaï

Avec Vertiges, Nasser Djemaï poursuit son questionnement sur la construction identitaire au fil des générations dans ces familles venues d’ailleurs. Après Une étoile pour Noël, Invisibles et Immortels (respectivement programmés à L’apostrophe en 2008, 2012 et 2014), l’auteur et metteur en scène nous immerge dans l’intimité d’une famille d’origine maghrébine, au cœur d’une cité française. Aspirations du père qui rêve de « rentrer au pays », désenchantement de la mère qui s’est mise à porter le voile, retour du fils qui a gravi l’échelle sociale..., chacun est un nœud de contradictions. Et tout à coup, du rire aux larmes, tout éclate. Avec justesse et élans de légèretés, Nasser Djemaï révèle une part de ces vies au présent.  

 

----------
NOTE D'INTENTION

Il existe des mondes parallèles, tout près de chez nous, comme des poches gorgées de parti-cules encombrantes, sans cesse irriguées par un trop plein d’incompréhension. Ces kystes urbains perçus aujourd’hui comme des prisons à ciel ouvert, des ghettos. C’est là que mes parents vivent, c'est là, entre autres, que j’ai grandi…

Lorsque nous sommes arrivés en 1987, on venait de la campagne, isolés de tout. L’hiver était particulièrement redouté avec le froid, la baisse de lumière, l’humidité, l’isolement, sans moyen de transport… J’ai toujours vu les murs de la maison dégouliner d’eau, et une bataille entre frères et sœurs pour une place proche du poêle à mazout. Nous vivions dans une petite maison d’ouvriers, à côté de la mine de ciment où travaillait mon père. On était très loin de « l’ami Ricoré », la campagne ce n’est pas donné à tout le monde...

On ne connaissait pas la ville et comme le personnage de Louise Wimmer, dans le film de Cyril Mennegun, l’arrivée dans ces cités a été vécue par toute la famille comme une véritable délivrance. Enfin on se sentait en sécurité, on était au chaud toute l’année, on pouvait faire les courses tous les jours, aller chez le médecin, le pharmacien. Pour les enfants un peu plus âgés, on pouvait gagner un peu d’argent en travaillant au marché, aller à la piscine, à Carrefour, au cinéma, utiliser une cabine téléphonique, jouer au foot dans un vrai stade, boire un coca dans un bar et écouter de la bonne musique en jouant au baby-foot, au flipper, trouver facilement des pièces pour sa mobylette, s’habiller un peu à la mode, tout ça sans faire 10 km à chaque fois…

La fin d’une époque.

Nous y avons vécu plusieurs années sans problème, avec même un sentiment de légèreté. Mais au fur et à mesure, le chômage a fini par gangréner ces quartiers et 28 ans plus tard, les choses ont terriblement changé. Tous ceux qui ont eu la possibilité de partir l’ont fait ; peu à peu un glissement de population s’est opéré. Aujourd’hui il y a des familles très heureuses qui s’en sortent très bien, d’autres doivent se battre au quotidien pour survivre. Enfin certains ont fait le choix de se murer dans une quête identitaire et spirituelle en se coupant du monde.

Les banlieues, les cités, les ZUP, les ZEP, les quartiers, quartiers sensibles, quartiers populaires. Ces endroits où beaucoup de fantasmes se projettent, où les peurs se cristallisent, toutes ces appellations, ces identités flottantes, qui en disent long sur la difficulté de nommer« la chose ».
Nasser Djemaï

 


texte et mise en scène Nasser Djemaï I dramaturgie Natacha Diet I assistant à la mise en scène, costumes Benjamin Moreau I avec Fatima Aibout, Clémence Azincourt, Zakariya Gouram, Martine Harmel, Issam Rachyq-Ahrad, Lounès TazaïrtI lumière Renaud Lagier I son Frédéric Minière I vidéo Claire Roygnan I scénographie Alice Duchange I régie générale et plateau Lellia Chimento I régie lumière Pierrick Gigand I régie son/vidéo Nicolas Perreau I construction décors, confection costumes atelier MC2 : Grenoble I ©Jean-Louis Fernandez

Production Compagnie Nasser Djemaï • Production exécutive MC2: Grenoble • Coproduction MC2: Grenoble I Théâtre des Quartiers d’Ivry - centre dramatique national du Val-de Marne I Le Grand T théâtre de Loire- Atlantique I Le Granit - scène nationale / Belfort I MCB° Bourges I Maison des arts du Léman / Thonon I Théâtre du Château Rouge / Annemasse I Théâtre du Vellein / Villefontaine I Théâtre de la Croix-Rousse / Lyon I Le Théâtre de Rungis I Les Salins - scène nationale de Martigues I CENTQUATRE / Paris • Soutien Chartreuse-CNES Villeneuve-lez-Avignon I Maison des métallos / Paris I Théâtre 13 / Paris I Théâtre du Chevalet / Noyon I Groupe des 20 théâtres en Île-de-France I  Groupe des 20 Auvergne-Rhône-Alpes I Les Théâtrales Charles Dullin I Théâtre Gérard Philipe de Champigny-sur-Marne I La Caisse des Dépôts • Aide à l’écriture Centre national du livre • Ce texte est lauréat de la Commission nationale d'Aide à la création de textes dramatiques - ARTCENA • Cette œuvre a bénéficié de l’aide à la production et à la diffusion du Fonds SACD Théâtre  • La Compagnie Nasser Djemaï est en convention triennale avec la DRAC Auvergne – Rhône-Alpes et la région Auvergne – Rhône-Alpes. Elle est soutenue par le Département de l’Isère et la ville de Grenoble.

AUTOUR DU SPECTACLE 

• durée 1h50
--------
• âge 13 ans et +
--------
• Rencontre avec l'équipe artistique
à l'issue de la représentation du 29 mars